REVUE DE LA PRESSE ENVIRONNEMENTALE DU 21 JUIN 2017 RDC

2

La RDC appelée à jouer un rôle majeur dans la régulation du climat et la lutte contre les catastrophes naturelles.

La RDC est appelée à jouer un rôle majeur dans la régulation du climat  et la lutte contre les catastrophes naturelles, a déclaré mardi à Kinshasa, le représentant du directeur de l’institut congolais pour la conservation de la nature(ICCN), M. Paul Nlemvo, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’environnement le 20 juin 2017 sous le thème « Rapprocher les gens de la nature », à l’école régionale postuniversitaire d’aménagement et de gestion intégrée des forets et territoires tropicaux (ERAIFT).

Pour mener à bien cette mission, des nombreux efforts ont été entrepris par l’ICCN à travers  notamment la promulgation par le Président de la république de la loi N 14-003 du 11 février 2014 relative à la conservation de la nature, l’élaboration de la stratégie nationale de la conservation de la biodiversité dans les aires protégées in  et ex-situ de la RDC, l’élaboration de la stratégie nationale de la conservation communautaire avec comme vision d’assurer la gestion efficace et durable de la biodiversité dans tout le réseau national des aires protégées de la RDC ,en coopération avec les communautés locales et les autres partenaires pour le bien-être des populations congolaises et de toute l’humanité, a indiqué M. Paul Nlemvo .

« Les problèmes environnementaux croissants tels que le changement climatique, les inondations, les érosions, la diminution des ressources naturelles et la perte de la fertilité des sols, nous ont amené à comprendre davantage l’importance de la nature et des écosystèmes pour notre bien-être et notre prospérité », a-t-il souligné ajoutant que sur la planète terre, des milliards de personnes vivant en milieu rural, passent chaque journée  de travail, connectées à la nature  dont dépend leur subsistance.

L’ICCN à travers son mandat lié au tourisme et ses différentes stratégies,  s’investit à rapprocher les gens de la nature en ouvrant les aires protégées au tourisme scientifique et de vision, selon que les conditions le permettent en appelant ainsi à la prise de conscience des autorités politiques , des enseignants, des étudiants, des maraichères et de toute la population, de la situation misérable et précaire des populations rurales, a-t-on appris. « Je profite de cette opportunité pour lancer un appel à la communauté internationale de ne pas se limiter à reconnaitre les services éco systémiques rendus par nos aires protégées mais également, à les rémunérer pour les bénéfices des millions des populations riveraines, gardiennes de ces ressources et qui en tirent l’essentiel de leur existence », a-t-il conclu. (ACP)

  1. Le PNUD sensibilise son personnel et la population kinoise aux bienfaits de la nature.

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD-RDC), a organisé mardi en faveur des étudiants et  journalistes, une visite guidée au Jardin Botanique de Kinshasa axée sur le thème : « Rapprocher les gens  de la nature », en marge de la journée mondiale de l’environnement.

L’objectif de cette journée est de sensibiliser les staffs du PNUD, les étudiants et les journalistes, à s’imprégner des biens faits de la nature en vue d’en tirer profit pour leur bonne santé et la survie de l’humanité mais aussi, à s’engager dans la promotion de l’environnement durable

Cette visite est placée dans le cadre du mois de juin 2017, décrété en RDC, mois de l’environnement par le ministre en charge de ce secteur lors du lancement des activités commémoratives de cette journée célébrée, le 5 juin de chaque année.

Le PNUD, en collaboration avec l’ICCN et le jardin botanique ont saisi l’opportunité de cette nouvelle journée mondiale pour rassembler le personnel des Nations Unies, des représentants du ministère de l’environnement, les étudiants de l’école régionale postuniversitaire d’aménagement et de gestion intégrée des forets et territoires tropicaux (ERAIFT) et les journalistes afin d’échanger des informations sur les problèmes environnementaux, de façon participative, dans la nature. (ACP)

RDC: l’UE appelle à la sensibilisation sur les changements climatiques

Lors d’une conférence de presse vendredi 16 juin à l’occasion des journées de diplomaties vertes, l’ambassadeur de l’Union européenne en RDC, Barth Ouvry, a appelé à une forte sensibilisation sur les changements climatiques.

A cette occasion, l’ambassadeur de l’Union européenne a invité la presse congolaise à mettre plus l’accent sur les questions liées aux changements climatiques, qui affectent tous les pays du monde, afin de sensibiliser davantage les populations.

«L’action climatique reste permanente. Donc, l’Union européenne, qui est très engagée dans ce combat collectif, veut, par le biais la semaine de la diplomatie climatique, relancer l’attention, le dynamisme et l’engagement collectif des pays, des gens», explique Arnold Jacques de Dixmude, chef de section en charge de l’Environnement à l’Union européenne.

Le négociateur pour la convention climat a, quant à lui, mis l’accent sur l’accord de Paris, qui a mis des mécanismes pour faire bénéficier aux pays vulnérables, dont la RDC, des financements pour la lutte contre les effets néfastes de changements climatiques.

C’est la troisième année que l’Union européenne organise la semaine de la diplomatie climatique. L’activité tient à relayer les messages lancés lors de la COP 21, en novembre 2015. (Okapi.net)

 

  1. ETRANGERS

 

-Accord de Paris sur le climat: Trump tranchera la semaine prochaine

«Je prendrai ma décision finale sur l’accord de Paris la semaine prochaine»!», a-t-il tweeté au moment même où s’achevait le sommet du G7 sans consensus sur ce dossier en raison de la position américaine.

Trump inflexible

Les dirigeants du G7 ont reconnu samedi leur incapacité à convaincre sur le climat un président américain résolu jusqu’au bout à jouer sa propre partition. En dépit des pressions répétées des Européens (Allemagne, France, Italie, Grande-Bretagne et Union européenne), du Canada et du Japon, Donald Trump n’a pas cédé.

La déclaration finale de ce sommet, débuté vendredi dans la prestigieuse station balnéaire sicilienne va donc constater sa désunion sur la question du réchauffement climatique, une première après des dizaines de communiqués du G7 affirmant la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Les États-Unis vont confirmer dans ce texte qu’ils sont toujours en train de réfléchir à leur position sur le climat, pendant que les six autres pays du G7 vont réaffirmer leur engagement en faveur des accords de Paris, en prenant acte de la position américaine, a-t-on ainsi indiqué de sources européennes.

«C’est un résultat moindre que lors des précédents sommets, mais on s’attendait tous à cela», a minimisé un responsable d’une délégation européenne.

Pour d’autres, l’important est finalement que les États-Unis soient encore dans le jeu. La présidence française se refuse ainsi à parler d’«échec», même si elle reconnaît que «ce n’est pas une formulation idéale».

«Un point nous préoccupe beaucoup, c’est le maintien des États-Unis dans l’accord, on ne souhaite pas que les États-Unis sortent», faisait-on valoir à Paris, avant le début du G7. (Business et Finances)

 

 

                                                           Bonne lecture

 

                                           Arnold MBOLEKUNI LOBOTA

 

                                            Presse et Communication du FFN

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *